vendredi 19 septembre 2014

Franc-maçonnerie et illuminati




La Franc-maçonnerie est indissociable des réseaux pédocriminels. 
Même lorsqu'une émission de TV parvient à programmer le sujet, l'affaire est aussitôt étouffée. C'est là où l'on peut voir à quel point notre société est gangrenée... et PERSONNE n'est à l'abri!

ICI: Interview de l'éditeur Pierre MAZÉ sur Meta TV dénonçant la loi du silence imposée par la franc-maçonnerie.

ICI: l'émission publique traitant des charniers d'enfants à Paris,

En complément, pour ceux qui veulent connaître les moyens de corruption mis en place

Pour connaître et comprendre leur religion, l'ouvrage "Rendez vous" donne toutes les informations, mais ce sujet sensible et difficile à appréhender pour le citoyen normal sera aussi traité lors des conférences.



dimanche 14 septembre 2014

SAURIEZ-VOUS AFFRONTER VOTRE PEUR?


Que deviendriez-vous si vous n’aviez pas peur ?


     On doit distinguer deux formes de peur : celle qui résulte de notre instinct de conservation et protège notre intégrité physique; c’est celle qui dicte à notre raison qu’il ne faut pas sauter du septième étage ou entrer dans une cage pleine de tigres affamés. Il y a aussi les craintes "normales": de tous temps les parents ont eu peur pour leurs enfants, même si les craintes d’aujourd’hui ne sont pas celles d’hier...
     Et puis il y a l’autre! Celle créée par notre relation avec la société humaine, c’est celle-là qui nous intéresse, car l’utilisation de la peur pour créer la soumission semble devenir l'arme commune des dirigeants. Bien sûr, ce n’est pas nouveau et depuis toujours la peur du châtiment a servi de menace contre les marginaux, Ce qui est nouveau, c’est l’utilisation de la peur comme technique de manipulation de populations non marginales.

     Au début du XXème siècle de nombreuses études sur le comportement humain sont réalisées, favorisées par deux guerres mondiales offrant non seulement une multitude de cobayes, mais aussi un riche répertoire de conditions différentes. Un constat en est tiré : le brave boulanger du coin de la rue peut devenir le pire des bourreaux si quelques conditions sont réunies :

- L’absoudre de la responsabilité : lui offrir le recours d’une autorité supérieure qui prend les décisions et à laquelle il obéit : cette obéissance aux ordres le préserve de la responsabilité. C’est aussi bien le soldat qui assassine femmes et enfants que le fonctionnaire qui agit contre la logique ou la morale au nom du règlement ou de la loi. Une relation directe s’établit entre les avantages et la soumission: plus vous êtes soumis à vos supérieurs et plus vous en tirez d’avantages. Ce système entraîne l’individu à ne plus prendre d’initiatives, à négliger l’ordre moral et la logique, et à associer le Bien à la Soumission.
     C'est la base même du fonctionnement des sectes comme les francs-maçons, et donc aussi du fonctionnariat. Esprit de décision, esprit d'initiative, prise de responsabilité... tout cela est strictement banni! L'être humain pensant, raisonnant, décidant, est nié! Seul vaut le robot applicateur du règlement! Et celui qui fait le règlement est le Maître...

- Le maintenir sous une pression permanente par la menace. A titre individuel, c’est la menace constante de ne pas agir en conformité avec la loi, même si celle-ci est absurde ou clairement contre nos intérêts. Mais c’est aussi la menace sociale, depuis son aspect matériel (fin de mois difficile, crainte de perdre un emploi, crainte de déplaire à un supérieur, etc.), jusqu’à l’aspect purement psychologique : être soumis, c’est se rallier toujours à la majorité, c’est la peur du « qu’en dira-t-on », de ce que pensent les autres, de ne pas être "conformisé"; c’est la crainte d’oser affirmer que nos dirigeants sont des incapables corrompus, même si on le pense; c’est la peur d'admettre qu'il existe bien un complot international, non pas parce que l’on pense que c'est faux (trop d'évidences le démontrent), mais par crainte de l’arme redoutable qu’est la « raillerie », une technique sans parade possible car n’utilisant ni arguments, ni logique ni raison, elle ne peut être contrée ! On a vu lors d’émissions de TV des économistes fameux démontrer que la crise était voulue au profit des super riches et ainsi prouver qu’il y avait bien complot international avec la complicité de nos dirigeants, et on a vu le présentateur se contenter de sourire en disant : « Ah oui, la théorie du complot ». Cela a suffi ! En quelques mots dépourvus de sens, il a détruit une argumentation complète et le public soumis se range automatiquement de l’avis du railleur.  Et si par la suite, ce public raisonne et parvient aux mêmes conclusions, il n’osera l’exprimer par peur d'être à son tour l'objet de raillerie !


     Alors, lorsque ces aspects du comportement humain sont bien analysés, il ne reste plus qu’à mettre en place les outils de manipulation globale, et pas seulement dans l’armée, ni sur les populations marginales, mais sur les populations qu’on veut soumises à ses dirigeants.

     Parmi la multitude de moyens utilisés, certains sont particulièrement notables parce qu’ils défient le bon sens logique, et pourtant personne n’ose les relever publiquement:

     Par exemple, si l’on additionne ce que coûtent tous les chômeurs avec tous les services sociaux qui s’en occupent, l’état dépense environ 4000 euros par personne pour maintenir ce système... et chaque personne perçoit en moyenne 500 euros pour les chômeurs et 1300 euros pour les employés.
     Si l’on versait un revenu universel de 2000 euros, chacun percevrait plus, l’état dépenserait moins, cela coûterait donc moins cher à la communauté… Oui MAIS :

     Les chômeurs ne seraient plus soumis aux contraintes psychologiques et iraient de l'avant plutôt que de sans cesse avoir à défendre leurs peu de droits. Et de leur côté, les fonctionnaires sociaux gagneraient plus et pourraient se consacrer à des tâches réellement utiles… Donc tous ces gens perdraient la soumission à laquelle ils sont contraints, les uns à paraître chercher du travail, les autres à paraître préoccupés de les y aider.

     Or le danger, c’est qu’un peuple qui n’est plus sous pression remettrait facilement en cause l’autorité des dirigeants ! Si les gens disposaient de temps et de sérénitude pour analyser leur système, ils dégageraient bien vite leurs dirigeants et établiraient un autre mode de gestion que la république!

     C’est parce que la pression est indispensable pour qu’un peuple reste soumis et que les gens obéissent, que dans les années 1960 un groupe de chercheurs américains s’est vu confier la tâche de trouver des moyens autres que la guerre pour maintenir la pression (à cette époque il y avait "danger de paix"). Ils ont trouvé, non pas une solution miracle, mais une conjonction de solutions incluant la drogue, les extraterrestres, le réchauffement global, le terrorisme, la pauvreté… Tous ces moyens furent mis en œuvre pour exercer une pression constante sur les populations qui se soumirent de plus en plus… pour le plus grand profit des dirigeants.

     La soumission crée un état d’esclavage que les maîtres exploitent pour leurs intérêts.
     Tout peuple aspire à vivre en paix, aucun parent n’a recommandé à ses enfants de tuer, torturer ou piller, et pourtant c’est ce que font tous les soldats du monde parce qu'ils sont soumis.
     L’expérience de Milgram entre dans ce programme d’études psychologiques pour manipuler les humains par la soumission.

     Réalisée en 1960, cette expérience démontre que, couvert par une autorité, l'homme est capable du pire, et donc d'abandonner ses propres valeurs morales. Cette expérience a eté reprise plusieurs fois dans divers pays.

     Si l’homme évoluait vers un esprit libre, le pourcentage de soumis devrait baisser au cours des années, hors c’est le contraire qui se produit! Et la dernière expérience réalisée sous forme de jeu TV, présentée sur la chaine France 2,  (le Jeu de la mort) montre que le taux de gens soumis à l’autorité atteint maintenant des sommets. Ce film d'1h30 vaut la peine d'être vu!
     Nous sommes de plus en plus manipulables! Nous sommes choqués par l’absence de révolte des américains devant l'assassinat de plusieurs milliers d'entre eux par leur gouvernement élu (affaire du 11-9), mais nous tolérons la fausse crise économique, et constatons l’apathie des Français qui se laissent déposséder, appauvrir, par leurs dirigeants au point que pour beaucoup d’entre eux, survivre est devenu la seule ambition !!!

Alors, "Que deviendriez-vous si vous n'aviez pas peur"?

     Eh bien, simplement... LIBRE !
     Vous deviendriez un homme libre. Un homme libre respecte ses propres valeurs, ne peut être stimulé ni par la menace, ni par l’appât du gain, ni par la peur de l’autorité… Comme autorité, il n’en admet qu’une seule : sa conscience!

"Sauriez-vous affronter votre peur" signifie donc: "pourriez-vous défier toute autorité, depuis celle d'une société hiérarchique jusqu'à celle du "qu'en dira-t-on", pour ne reconnaître que la voix de votre conscience  et devenir ainsi un "libre penseur" ?
 


     Alors, si vous ne voulez pas seulement "survivre" en attendant de voir ce qu’ils feront de vous, rejoignez le mouvement du 14 juillet.


Une occasion d'amener les amis ou relations pour les convaincre des réalités du monde.


Nota: Dans un article récent dénonçant la pédophilie, je mettais en garde contre les déviations de l'éducation nationale qui commencent dès cette année dans nos écoles. Beaucoup de gens m'ont demandé à en savoir plus sur l'instigateur de la "théorie du genre" qui sera enseignée à nos enfants. Voici traduit en Français un documentaire américain sur Alfred Kinsey   (49 mn)


Eric Fiorile 





jeudi 4 septembre 2014

APPEL AU FRANÇAIS 2

C'EST LA RENTRÉE

HOLLANDE MENACE LA RUSSIE D'EMBARGO:
Cela a bien fait rire les russes !

VALLS PLACE EMMANUEL MACRON À L'ÉCONOMIE... 
Le hasard est curieux: encore un franc-maçon! encore sorti du Club Bilderberg! et encore un employé de Rothschild !
Nos intérêts seront "encore" bien défendus!!!
...

Je ne continue pas... ce qui NOUS, Français, nous intéresse, c'est le jour où nous pourrons retrouver notre liberté: le 14 juillet 2015 






Il reste encore des places pour la conférence du 
27 septembre à Paris